Liège Basket

Forum de discussion sur le club de Liège Basket
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Google traduction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marc1971



Nombre de messages: 5729
Age: 43
Localisation: Devant mon ordi
Date d'inscription: 15/12/2006

MessageSujet: Google traduction   Mer 27 Oct - 11:42

Parfois, c'est à pleurer de rire. Pris sur le forum des spirou, cela parle de Chris Hill (blog en anglais écrit par lui d'ailleurs)

Hey, hey, hey!!! Euroleaguers and basketball fans around the world…Spirou Basket is here! We "shocked European basketball" by making an improbable and an unexpected (to everyone but us) run through three qualifications rounds to become a member in this year's Euroleague. My name is Chris Hill, and I'll be blogging for you this Euroleague season from Charleroi, Belgium.

Where I come from, Indianapolis, Indiana, babies are given basketballs along with their bottles. It's the heart of basketball country, and if you don't believe me, you've never seen "Hoosiers"! This is my sixth season playing professionally in Europe. Before that, I played for Tom Izzo at Michigan State University from 2001 to 2005. (Big shout-out to all my SPARTAN DAWGS!) We went to the NCAA Final Four in 2005, losing to eventual champs North Carolina in the semifinals. There are a number of Spartan Dawgs playing in Europe; it's like running into family whenever I play against one of them. I started my pro career in France, a season each in Evreux (second division) and Clermont-Ferrand (first). I then spent a season in Bandirma, Turkey, playing for Banvit. From there I came to Belgium, where I have been for two-and-a-half years (Belgacom Liege in 2008-09 and Spirou since then). I've had quite an interesting, challenging and, at times, tumultuous professional career. It hasn't been the most direct and glamour-filled path to the "main stage" of European basketball, but I wouldn't change a thing. Helping my team secure a place in this year's Euroleague has been incredibly satisfying.

After three straight Belgian League titles, qualifying for the Euroleague was our first goal this year. To a solid nucleus of returning players - Justin Hamilton, Dwayne Broyles, Brent Wright, I and Andre Riddick, the "Grandfather" - the club added Brian Greene, Demond Mallet and Joseph Gomis, the last two bringing valuable Euroleague experience with them. Most people didn't pick us to reach the Euroleague, but WE KNEW that we had the talent, experience and motivation to achieve our goal. In the first qualifying round, we faced Czech Republic champ Nymburk. We won Game 1 at home by 11 points and lost by just 2 points at their place, good enough to advance. We felt mostly relieved afterwards, because we knew the we should have won bigger at home. In the second qualifying round, everyone wrote us off. Unics Kazan of Russia was the clear favorite. To have any chance, we needed take care of business at home first. We played a very good game, on defense especially, to build up a 15-point lead through 32 minutes. But Unics fought back, using their size to cut our winning margin to a disappointing 6 points. Our coach, Giovanni Bozzi, reminded us that in Game 2, the pressure would be on Unics. A Brussels airport strike cancelled our flight to Russia, so the already-long Kazan trip started with a three-hour bus ride from Charleroi to Düsseldorf, Germany. After the three-hour flight to Moscow and a six-hour layover there, we reached Kazan at 22:30 local time. I had better trips from Bandirma in Turkey that required a ferryboat to Istanbul before any flight. Though exhausted, we knew that Unics had a long trip back, too. We started Game 2 slow and trailed most of the first half, but were down just 1 point in the series when it ended. After the break, we were better on both ends. I went from stone scoreless to knocking down 5 three-pointers in the second half, the last following an offensive rebound with about 15 seconds left. We then got the stop we needed on defense and won the series by 2 points. We celebrated at center court what no one thought we could do…beat Unics.

Facing Alba, another team with a rich history and Euroleague expectations, we again played Game 1 at home. Again, we played well enough to win by 10, but did so by just 4 points. That made it a tall order to go win in Berlin, especially their home-court crowd. Still, we felt like anything could happen. We had played five games and made it this far…why not win one more? We went to Berlin a day early, and so were able to see the city, in my case for the first time. I was very impressed with how nice and clean everything was. I really wanted to stop for a doner kebab, but had to settle for a Starbuck's iced mocha (nothin' like a little taste of home). The O2 World in Berlin is the best European arena I've played in. It reminded me of playing in college, with the fans and the big stadium. It was a really fun game to play in, and we didn't feel any pressure. We went in with a good game plan, and we executed it, especially in the second half. A number of guys stepped up again in key moments. We make it as dramatic as possible, losing an 11-point lead to trail by 2 points in the last 4 minutes…but we found a way to hang on! After, I felt the most satisfaction that I've had in my six years as a pro. I played a crucial role in helping a team overcome favored opponents, playing on the road in each series clincher and defy expectations. Everyone on our team achieved our goal, qualifying for Euroleague!

All of which led to our first taste of Euroleague basketball last week. It was an awesome feeling to leave the freezing rain in Brussels on Wednesday morning and be walking on the beach in shorts by the afternoon. And while we had a disappointing outcome to the game, it was a special experience for all of us. Even in our practice the evening before the game, you could feel a certain electricity as the arena was being prepared for the game. The next night, the gym was filled and their fans were into the game from start to finish. We couldn't have started any better, jumping to a 20-3 lead in 5 minutes. Unfortunately, over the next 35, we didn't play our best and ended up falling short. Even though Unicaja is a very good team, we felt like we beat ourselves. I think we learned two extremely important lessons from the first Euroleague game: first, mistakes at this level will cost you every time; and second, if we were not 100% convinced before now that we can compete and win; we now can see that we have a team capable of doing just that. Malaga was a great environment to play in, and it was a memorable first Euroleague experience, even if it was unsuccessful. I'm really looking forward to Wednesday, when we will have our first Euroleague game in Charleroi, against Roma. In my next blog, hopefully, I can tell you how it felt to get that first win!

LA TRADUCTION GOOGLE

Hey, hey, hey! Euroleaguers et les fans de basket-ball à travers le monde ... Spirou Basket est ici! Nous "choqué de basket-ball européen" en faisant une improbable et inattendue (pour tout le monde, mais nous) exécuter par des séries qualifications de trois à devenir membre de l'Euroligue cette année. Mon nom est Chris Hill, et je serai blogging pour vous cette saison Euroligue de Charleroi, en Belgique.

D'où je viens, Indianapolis, Indiana, les bébés sont donnés basket avec leurs bouteilles. C'est le coeur du pays de basket-ball, et si vous ne me croyez pas, vous n'avez jamais vu "The Hoosiers"! C'est ma sixième saison à jouer professionnellement en Europe. Avant cela, j'ai joué pour Tom Izzo à Michigan State University de 2001 à 2005. (Big shout-out à tous mes DAWGS SPARTAN!) Nous sommes allés au Four NCAA Final en 2005, perdant face à une éventuelle champs en Caroline du Nord en demi-finale. Il ya un certain nombre de Dawgs Spartan jouer en Europe, c'est comme courir dans la famille quand je joue contre l'un d'eux. J'ai commencé ma carrière pro en France, une saison, chaque à Evreux (deuxième division) et Clermont-Ferrand (le premier). J'ai ensuite passé une saison à Bandirma, Turquie, jouant pour Banvit. De là, je suis venu en Belgique, où j'ai été pendant deux ans et demi (Belgacom Liège en 2008-09 et Spirou depuis lors). J'ai eu tout un travail intéressant, stimulant et, parfois, carrière tumultueuse professionnelle. Il n'a pas été le chemin le plus direct et le glamour-rempli à la "scène principale" du basket européen, mais je ne changerais pas une chose. Comment aider mon équipe une place en Euroligue cette année a été incroyablement satisfaisant.

Après trois titres consécutifs de la ligue belge, la qualification pour l'Euroligue a été notre premier objectif cette année. Pour un solide noyau de joueurs qui reviennent - Justin Hamilton, Dwayne Broyles, Brent Wright, I et Andre Riddick, le «Grand-père» -, le club a ajouté Brian Greene, Demond Mallet et Joseph Gomis, les deux derniers apportant une précieuse expérience de l'Euroligue avec eux. La plupart des gens ne nous ont pas chercher à atteindre l'Euroligue, mais nous savions que nous avions le talent, l'expérience et la motivation pour atteindre notre objectif. Dans le premier tour de qualification, nous avons été confrontés tchèque champion République Nymburk. Nous avons gagné du jeu 1 à domicile de 11 points et a perdu par seulement 2 points à leur place, assez bon pour l'avance. Nous nous sommes sentis soulagés après la plupart du temps, parce que nous savions que nous aurions dû gagner plus à la maison. Dans le deuxième tour de qualification, tout le monde nous a radié. Unics Kazan de la Russie était le grand favori. Pour avoir une chance, nous avions besoin de prendre soin des affaires à la maison d'abord. Nous avons joué un très bon jeu, sur la défense en particulier, de constituer une avance de 15 points à 32 minutes. Mais Unics riposté, en utilisant leur taille à réduire notre marge gagnante à une décevante 6 points. Notre entraîneur, Giovanni Bozzi, nous a rappelé que lors du match 2, la pression serait sur Unics. Une grève aéroport de Bruxelles a annulé notre vol à destination de la Russie, de sorte que le voyage déjà long-Kazan a commencé par un trajet en bus de trois heures de Charleroi à Düsseldorf, en Allemagne. Après le vol de trois heures à Moscou et une escale de six heures là-bas, nous sommes parvenus à Kazan, à 22:30 heure locale. Je ferais mieux de voyages en provenance de Bandirma en Turquie qui exigeait un ferry à destination de Istanbul avant tout vol. Bien épuisés, nous savions que Unics fait un long voyage de retour, aussi. Nous avons commencé Game 2 lent et traîné plus de la première moitié, mais ont baissé de seulement 1 point dans les séries quand il a fini. Après la pause, nous étions mieux sur les deux extrémités. Je suis passé de la pierre sans but à frapper en baisse de 5 à trois points dans la seconde moitié, la dernière après un rebond offensif avec environ 15 secondes. Nous avons ensuite l'arrêt dont nous avions besoin en matière de défense et a remporté la série en 2 points. Nous avons célébré au centre du terrain ce que personne ne pensait que nous pourrions faire ... Unics battre.

Face à Alba, une autre équipe avec une riche histoire et les attentes de l'Euroligue, nous avons de nouveau joué Game 1 à la maison. Encore une fois, nous avons joué assez bien pour gagner de 10, mais l'a fait en seulement 4 points. Cela en faisait un défi de taille à faire gagner à Berlin, en particulier leur public-cour. Néanmoins, nous nous sentions comme tout peut arriver. Nous avions déjà joué cinq matchs et en a fait jusque-là ... pourquoi ne pas gagner un de plus? Nous sommes allés à Berlin un jour plus tôt, et étaient donc en mesure de voir la ville, dans mon cas, pour la première fois. J'ai été très impressionné par la façon dont tout a été agréable et propre. Je voulais vraiment arrêter pour un kebab, mais a dû se contenter pour moka glacé une Starbuck's (rien comme un petit goût de la maison). L'O2 World à Berlin est la meilleure scène européenne, j'ai joué en Cela m'a rappelé de jouer au collège, avec les fans et le grand stade. C'était un jeu vraiment amusant à jouer, et nous ne ressens aucune pression. Nous sommes allés dans un bon plan de match, et nous l'avons exécuté, en particulier dans la seconde moitié. Un certain nombre de gars me relance dans les moments clés. Nous rendre aussi spectaculaire que possible, de perdre une avance de 11 points à la traîne de 2 points dans les 4 dernières minutes ... mais nous avons trouvé une façon de s'accrocher! Après, je me suis senti le plus de satisfaction que j'ai eu dans mes six années comme un pro. J'ai joué un rôle crucial en aidant à surmonter une équipe adversaires favorisée, en jouant sur la route dans chaque pneu de série et défient les attentes. Tout le monde dans notre équipe atteint notre objectif, la qualification pour l'Euroligue!

Tout ce qui a conduit à notre première expérience de basket-ball Euroligue la semaine dernière. C'était un sentiment incroyable de laisser la pluie verglaçante à Bruxelles le mercredi matin et se promener sur la plage en short l'après-midi. Et tandis que nous avons eu un résultat décevant pour le jeu, ce fut une expérience extraordinaire pour nous tous. Même dans notre pratique, le soir avant le match, on pouvait sentir une certaine électricité que la scène était en cours de préparation pour le match. La nuit suivante, le gymnase était rempli et leurs fans sont dans le jeu du début à la fin. Nous n'aurions pas pu démarré mieux, sautant d'une avance de 20-3 en 5 minutes. Malheureusement, au cours des 35 prochaines, nous n'avons pas joué notre meilleur et finit par tomber à court. Même si Unicaja est une très bonne équipe, nous nous sentions comme nous nous battre. Je pense que nous avons appris deux leçons extrêmement important de la première partie Euroligue: d'abord, les erreurs à ce niveau vous en coûtera à chaque fois et, deuxièmement, si nous n'étions pas convaincu à 100% avant maintenant que nous pouvons soutenir la concurrence et de gagner, nous voyons que nous avons une équipe capable de faire exactement cela. Malaga a été un excellent environnement pour jouer, et c'était une première expérience mémorable Euroligue, même si elle a échoué. Je suis vraiment impatient de mercredi, quand nous aurons notre premier match Euroleague à Charleroi, contre les Roms. Dans mon prochain blog, je l'espère, je peux vous dire comment il s'est senti à obtenir cette première victoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Google traduction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Google Maps des Membres enregistrés
» notre TEAM vue de google maps
» https://picasaweb.google.com/lh/sredir?uname=104656919812717
» Google traduction
» Google traduction a du mal avec l'aerodynamique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liège Basket :: -